• DÉTAILS DE MÉTHODE

     

     

    DÉTAILS DE MÉTHODE

     

    SOURCES:

    • Les tableaux et relevés réalisés antérieurement par des membres de la famille ont servi de base.

    • Les archives numérisées par les départements concernés (Tarn-et-Garonne, Lot, Loire Atlantique) ont permis de contrôler les données acquises et parfois de les compléter.

    • Les archives notariales complètent très utilement les registres d'état civil et révèlent parfois des démarches insoupçonnées de la part d'ancêtres qui ne savaient même pas signer; j'ai consulté uniquement celles du Tarn-et-Garonne conservées aux archives départementales.
    • Le site Généanet a fourni quelques détails et ouvert quelques pistes.

    •  D'autres renseignements ont été glanés dans divers ouvrages (Le canton de Caylus, tome II,  Images et visages de Tarn-et-Garonne, Tome 6..., Al païs de Boneta, Bulletin de la Société archéologique de Tarn-et-Garonne...) et auprès de personnes compétentes en recherche historique.

     

    ORTHOGRAPHE:

    • Même pour recopier des actes anciens, j'emploie systématiquement l'orthographe actuelle. Que des curés du XVIIIème siècle écrivent sçavoir ou présens est conforme à l'usage de leur temps; qu'ils n'emploient pas d'autres accents que l'accent aigu, usent peu des majuscules et de la ponctuation, voire forment les j comme des i n'a qu'un intérêt anecdotique et complique la lecture.
    • L'orthographe des noms propres semble souvent calquée sur la prononciation "patoise" (on dirait aujourd'hui "occitane") : ainsi Cavalié pour Cavaillé, Vidalhac ou Vidalhiac pour Vidaillac, Magdelaine pour Madeleine  j'adopte dans tous les cas la graphie francisée.

    • Un cas particulier: le nom de Vayssié est bien écrit avec un y, à la fin du XVIIème siècle, par le premier de mes ancêtres dont j'ai retrouvé des traces indubitables et qui, à la différence de certains de ses descendants, savait signer son nom; par la suite, c'est la graphie Vaissié qui prévaut dans les actes jusque vers le milieu du XIXème siècle; le y reparaît d'abord dans les actes établis dans le Lot avant d'être réintroduit en Tarn-et-Garonne; mais la branche de la famille qui se développe à Caylus (82) à partir de 1848 conserve jusqu'à aujourd'hui la forme Vaissié.

      

    HOMONYMIE:

     Il existe des Vaissié ou Vayssié un peu partout en Tarn-et-Garonne; rien que dans le canton de Caylus, qui m'intéresse au premier chef, il s'en trouve à Caylus même, à La Salle, à Lacapelle-Livron, à Mouillac... Et bien entendu ils portent souvent les mêmes prénoms: il est donc nécessaire de trier avec soin tous ces Jean, Marie, Pierre, en vérifiant, autant que faire se peut, les filiations et les dates. Je m'y efforce, et j'espère ne pas commettre trop d'erreurs. Quant à savoir s'il existe des liens de parenté entre tous ces Vayssié, cela demandera encore beaucoup de recherches - limitées par la disponibilité et l'état des documents.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :