• MOUILLAC

     MOUILLAC

      

     MOUILLAC

                                                        (Carte de Cassini)

      

          

    En quittant La Salle pour Mouillac, Bertrand Vayssié passe d'une commune qui s'administre librement (sous le contrôle, il est vrai, de plus en plus étroit du pouvoir royal), pour un territoire qui dépend de la Commanderie des Hospitaliers de Lacapelle-Livron.

     

    MOUILLAC

     

    Le Bulletin de la Société archéologique du Tarn-et-Garonne  nous fournit quelques indications sur ce que cette situation impliquait pour les emphytéotes*:

    La Commanderie de Lacapelle-Livron dépendait du Grand Prieuré de Saint-Gilles, dans la langue de Provence, dont elle était l'un des membres les plus importants. La riche métairie du Puy d'Auzon, les terres et les bois de Mouillac, la majeure partie de Canteyrac, avec une pointe jusqu'à Varaire,appartenaient à l'Ordre. . [...] 

    La nomination des desservants des cures suivantes : Loze, La Trivale, Lacapelle, Mouillac, Saint-Géry, Saillagol, Lugan, Saint-Amans, bien que relevant de l'évêque de Cahors, était soumise à la présentation du Commandeur des Hospitaliers. [...]

     En 1476, Jean D'ARLENDE bailla à nouveau cens toute la terre de Mouillac depuis longtemps abandonnée. Il permit la dépaissance, mais il se réserva d'y couper son bois de chauffage et son bois d'œuvre pour les constructions. Il était prévu que le Commandeur pouvait mettre dans les pâturages (sans jamais dépasser) 50 moutons, 4 bœufs. 12 porcs. Les emphytéotes ne pouvaient chasser ni lapins, ni perdrix, et ils devaient remettre au Commandeur un quartier de tout cerf, sanglier ou chevreuil tués. Les 907 hectares de Mouillac furent répartis entre 10 tenanciers de Lacapelle, Loze et Lalbenque, moyennant 80 écus d'or, 23 setiers de froment, 10 d'avoine, 10 livres de cire, douze paires de gélines, puis, à chaque changement de Grand-Maître de Rhodes, siège du Supérieur Général de l'Ordre, 10 sous d'acapte et 10 sous de réacapte également à la mort de chaque tenancier. II devait y avoir 2 consuls chargés de lever la taille, l'ovale et de désigner les gardes qui feraient le guet aux chatières de Lacanelle, quand besoin en serait. Enfin, le Commandeur, soucieux de la mise en culture des terres, exige que les 10 tenanciers aient au moins 24 paires de bœufs de labour (acte du 19/12/1476). [...]

     La Commanderie de Lacapelle-Livron, comme toutes celles de France d'ailleurs, n'existe plus depuis 1790, époque à laquelle le dernier chevalier prit le chemin de l'exil. La totalité du domaine a été vendue comme bien national dès la Révolution. Ainsi furent dispersées et partagées les immenses étendues de Mouillac, Canteyrac, Cartayrou, etc., qui se composaient, en majeure partie de bois, mais aussi de bonnes terres et de métairies.

    *emphytéotes: exploitants qui détiennent un bail de longue durée en échange d'une redevance modique; dans le cas de Mouillac, ils pouvaient transmettre le bail à leurs descendants, et même le vendre à un tiers. Bertrand Vayssié avait-il acheté le sien? Ou sa mère, Madeleine Delrieu, née à Mouillac, y avait-elle des droits qu'elle lui aurait légués?

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :