• UNE GRAND-MÈRE

     

                                           

                                                   UNE GRAND-MÈRE

     

    Antoinette Rouqual, morte en 1791 à l'âge d'environ quatre-vingt-dix ans, est la grand-mère maternelle de Marie-Anne Bosc, épouse d'Étienne Vayssié. Et sa vie, à en juger par les quelques données dont on dispose,  ne dut  pas être un long fleuve tranquille.

    Son mari, François Faliech, n'apparaît plus dans le registre de Mouillac après 1737. Elle était sans doute veuve dès ce moment, avec apparemment une seule fille en vie, Anne, qui épouse en 1740 François Bosc, originaire de Saint-Martin-de-Cayssac (aujourd'hui commune de Labastide- de-Penne).

    Anne et François meurent tous deux en 1760, laissant huit orphelins entre dix-huit et un ans; l'aînée, Marie, est déjà "casée", mariée à dix-sept ans à Antoine Brousse, de Saint-Antonin .

    Tout donne à croire que c'est Antoinette Rouqual qui s'est trouvée chargée des sept autres enfants.

    Peut-être le curé d'alors l'a-t-il aidée, peut-être est-ce grâce à lui que l'un des deux garçons, Jean, sait lire et écrire: il figure à titre de témoin dans un acte notarié en même temps que le curé Frayssinet, et il y est qualifié de "pupille", terme qui peut simplement signaler sa situation d'orphelin mais dont on peut se demander s'il n'implique pas aussi quelque lien avec le prêtre. Ce Jean Bosc, dit Noir, sera le second maire de Mouillac, de 1794 à 1799.

    Antoinette, en tout cas, "assiste" (selon la terminologie en usage chez les notaires) ses petits-enfants lors de leur mariage, ce qui tend bien à prouver qu'ils n'avaient aucun oncle en mesure de remplir ce rôle. En 1769, elle marie Jeanne à Joseph Fauciel de Caylus; en 1771, Jean à une Jeanne Bouyssi de Mazerac, et Marie-Anne à Étienne Vayssié; en 1772, Perrette à François Soulié de Puylaroque; en 1774, Catherine à Jean-Pierre Gaben, de Puylaroque; en 1776 Marie-Jeanne à Jean Ramond dit Mandine, de Saint-Symphorien; et enfin en 1781 Raymond à Marie Gleye, de La Salle.

    Avant de s'éteindre dans la maison de son petit-fils Jean, dont elle a fait son légataire, elle rédigera trois testaments, l'un en 1769 à Cayriech, les deux autres en 1783 et 1784 à Puylaroque - sans rien changer à leurs dispositions!

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :