• ENCORE UN NOTAIRE

     

     

    ENCORE UN NOTAIRE

     

    Enfin nantie du lieu de naissance D'Élisabeth Quèbre et de celui de son mariage avec Jean Antoine Vaissié, j'avais le déplaisir de la voir disparaître, ainsi que son plus jeune fils, Jean Martin, de l'état civil de Caylus: ni décès de l'une ni mariage de l'autre  ni même publication de ce mariage.

    C'est encore un registre de notaire qui fournit l'amorce de la solution. Jean Louis Vaissié, le fils resté à Rigal Boissière, encaisse en 1858 au nom de son cadet une somme que devait à celui-ci un habitant de Loze. Et, bien entendu, le notaire note scrupuleusement que Jean Martin habite Decazeville, où il exerce le métier de bourrelier. Et quelques pages plus loin, ne découvre-t-on pas une reconnaissance de dette d'Élisabeth Quèbre envers son fils?

    Il ne reste qu'à interroger l'état civil de Decazeville. Élisabeth est effectivement décédée dans cette ville en 1863, peu de temps après le mariage de son fils avec Sophie Rudelle. Jean Martin (qui n'est plus désigné que par son premier prénom)  disparaît, quant à lui, en 1888, à cinquante-trois ans, laissant trois fils, dont deux, d'après les mentions marginales, se marient, l'un à Decazeville, l'autre à Larnagol dans le Lot.

    Il apparaît donc qu'Élisabeth Quèbre, comme on pouvait le soupçonner, avait quitté Rigal, pour s'installer avec son fils cadet dans la ville où celui-ci avait sans doute été placé en apprentissage, avant de travailler à son compte.

     

                               Jean (Martin) Vaissié

    Sophie Rudelle

    Marie Armantine (1865 - 1866)

    Jean Alcide (né en 1867)

    Marie Armantine (née en 1869)

    Ernest Paul (1871 - 1888)

    Ernest (né en 1873)

    Alfred Jean (né en 1875)

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :